Le bois gravé ou xylogravure
jeudi 14 août 2008

Je parle ici du bois de fil. Ce n’est qu’une planche, mais quel tempérament ! Têtu sous le canif, il oppose ses fibres à la main qui le grave. Il n’accepte la gouge que pour champlever les a-plats. Taille et contre-taille se dégagent du bloc pour exprimer la sensibilité du graveur. Rien à voir avec son cousin le "bois de bout" qui se contente de singer le burin.

Jean-Claude Forez

Voir les Galeries