La pointe sèche
mardi 12 août 2008

La pointe sèche, nerveuse, incisive, mais aussi sensible, amoureuse du détail, bien loin du calme sénatorial du sillon du burin. Le crissement de la pointe égratignant le métal et y laissant des barbelures qui se gorgent de l’encre qu’elle déposera sur le papier...

Jean-Claude Forez

Voir les Galeries